4 mars 2016

L'Orchestre symphonique de Lévis veut faire vibrer toute la région 

L'expérience du 3 mars a permis aux spectateurs d'avoir un lien privilégié avec le chef d'orchestre ainsi que les musiciens. Certains individus étaient aux premières loges lors de la répétition, eux qui prenaient place à quelques mètres des musiciens. Également, les gens ont pu poser des questions aux artistes.L'Orchestre symphonique de Lévis (OSL) a organisé sa deuxième répétition publique de la saison à l'église Saint-David-de-l’Auberivière devant une audience captive en prévision de son concert du 19 mars.

Stratégiquement, L'OSL  intègre ce type de soirées quelques semaines avant les prestations. «Nous voulons être près du monde et ce type de répétition sert à faire la promotion de nos événements», a mentionné la directrice générale de l'Orchestre symphonique de Lévis, Mélanie Fortin.

Actuellement, l'OSL a une problématique au niveau de la projection du son en raison de la hauteur du bâtiment qui cause un retour de son de 3,1 secondes. «La norme est 2,10 secondes. Nos musiciens ne s'entendent pas toujours». Pour contrer cette situation la dirigeante  souhaite installer des rideaux pour étouffer le son et éviter la réverbération. Selon elle, ce changement sera positif pour les d'instrumentaliste et les spectateurs.

L'essayer, c'est l'adopter

L'autre défi de Mélanie Fortin est de démystifier la musique symphonique. Cette dernière croit mordicus que ce style peut plaire à tout le monde. Même si elle est consciente que c'est plus difficile d'attirer la clientèle plus jeune, Mme Fortin , a rapporté que le chef d'orchestre essaie toujours d'intégrer une chanson plus connue lors des spectacles.

«Nous voulons élargir notre programmation pour aller chercher les adolescents et les jeunes adultes», a-t-elle soutenu. À titre d'exemple, il n'est pas exclu que l'OSL ajoute de la musique de film à son répertoire.

Mélanie Fortin a dit qu'il est faux de penser que la musique symphonique s'adresse uniquement à l'élite. «Je ne baignais pas dans le domaine de la musique. Toutefois, lorsque j'ai pu assister à un concert, j'ai été envoutée. J'invite la population à venir au moins une fois. C'est une expérience à vivre.»

Lire l'article complet

1er mai 2016

Un 30e anniversaire souligné en grand

C'est en compagnie de la célèbre soprano Natalie Choquette que l'Orchestre symphonique de Lévis (OSL) a célébré à nouveau la présentation de sa 30e saison lors d'un concert bénéfice le 30 avril dernier à l'Espace symphonique de Lévis (ESL).

Avec la soprano de réputation internationale, la formation lévisienne a notamment interprété à cette occasion de grands succès de Puccini et Mozart.

Rappelons que le concert bénéfice, première activité de souscription pour ce projet, avait pour but d'amasser des fonds pour le projet d'amélioration de l'accoustique de l'ESL.

Et fort du programme prévu au menu, le concert bénéfice a été couronné de succès. En effet, ce sont environ 325 personnes qui ont assisté à l'événement. Jumelée à l'initiativeParrainage d'un musicien, l'OSL a atteint son objectif de 20 000 $ pour les travaux d'amélioration de l'acoustique.

Lire l'article complet

3 mai 2016

Coup de pouce inattendu pour l’OSL

La Ville de Lévis a confirmé, le 30 avril, une aide financière de 100 000$ à l’Orchestre symphonique de Lévis (OSL) pour améliorer l’acoustique de l’Espace symphonique situé dans l'église de Saint-David.

 

Cette annonce a été faite à l’occasion du concert bénéfice donné par l’OSL qui a attiré un peu plus de 320 personnes. Ce financement est plus que le bienvenu se réjouit la directrice générale de l’organisme, Mélanie Fortin. «Nous voyons que le maire est très à l’affût du rayonnement et du succès de l’OSL.»

 

Les travaux évalués à plus de 200 000$ permettront l’installation de rideaux acoustiques pour éviter le retour du son, d’une pastille acoustique au-dessus du point focal de la scène et de nuages acoustiques pour projeter le son vers le public.

L’OSL attend également une confirmation d’une contribution du ministère de la Culture et des Communications.

Lire l'article complet